Les cheveux recyclés pour combattre la pollution marine : telle est la promesse d’une association composée d’un millier de coiffeurs. Utilisé pour la première fois en 1978, lors de marée noire de l’Amoco Cadiz, ce procédé se développe de jours en jours afin d’offrir une alternative écologique et durable pour lutter contre la pollution marine.

Cheveux recyclés : l’origine de l’initiative

Cette nouvelle solution pour lutter contre la pollution marine à été initié par Thierry Gras. Coiffeur depuis 30 ans, il crée en 2015 l’association “Coiffeurs justes” ayant pour objectif de gérer le recyclage des cheveux. Les cheveux recyclés récoltés sont ensuite envoyés à un centre de réinsertion afin de les transformer en véritable barrière anti-pollution qui sera vendue à des ports ou des communautés de communes.

L’association compte désormais plus de 1000 coiffeurs. Afin d’en faire partie, les coiffeurs doivent payer une cotisation de 25€ et acheter des sacs de recyclage (au prix de 1€) pouvant contenir jusqu’à 2 kilos de cheveux, soit 220 coupes de cheveux.

Cheveux recyclés : l’alternative durable à moindre prix

Les cheveux recyclés représentent actuellement 50% des déchets des salons de coiffure, soit 3 000 à 4 000 tonnes de déchets annuels.

“Avec 1 kg de cheveu il est possible de pomper 8 litres de pétroles ! “

Les fibres capillaires sont en effet de réels filtres naturels pouvant retenir certains polluants tels que les huiles solaires et les hydrocarbures. Le caractère lipophile du cheveux permet ainsi de collecter le gras mais aussi le pétrole.

De plus, filtres réalisés à partir de cheveux recyclés sont moins chers que les filtres synthétiques et peuvent être utilisés une dizaine de fois après lavage.

Face aux défis environnementaux qui ne cessent d’augmenter, les cheveux recyclés semblent donc être une alternative durable et économique pour réduire la pollution maritime.